jeudi 17 novembre 2016

Le silence de Mélodie

  
" Quand j’ai eu deux ans, tous mes souvenirs avaient des mots, et tous mes mots avaient une signification.
Mais seulement dans ma tête.
Je n’ai jamais prononcé un seul mot. J’ai bientôt onze ans. "


Ce que j'en ai pensé...

__Le silence de Mélodie est un livre dont j'entendais beaucoup de bien. Lorsque j'ai vu cette édition chez France Loisirs, je n'ai pas pu résister, il me la fallait absolument. Et depuis, il traînait dans ma pile à lire sans que je daigne m'y intéresser. Grossière erreur ! J'aurai dû le sortir bien plus tôt, tant c'est une lecture qui m'a plu.
__Pour ce qui est de l'histoire, on suit Mélodie une jeune fille qui souffre de handicap. Elle ne peut ni marcher ni parler, ni boire ou manger seule. Pourtant, c'est une petite fille très intelligente, qui enregistre tout ce qu'elle entend ou voit, ce qui est très frustrant pour elle. On suit donc son quotidien pas toujours rose. Malgré toutes les difficultés qu'elle peut rencontrer, elle ne s’apitoie pas sur son sort et peut toujours compter sur sa famille et son entourage pour l'épauler. 
__Comme je le disais plus haut, c'est une lecture qui m'a beaucoup plu. Néanmoins, il m'a manqué un petit quelque chose pour que ce soit un coup de coeur. Peut-être est-ce dû au début un peu long à se mettre en place. En effet, on suit le quotidien de Mélodie, mais il ne se passe pas grand chose, bien que cela soit quand même intéressant. Néanmoins, je me demandais vraiment où l'auteur voulait en venir. C'est seulement à partir de la deuxième moitié du livre que j'ai vraiment apprécié cette lecture. L'histoire devenait plus intéressante et plus prenante. Tellement prenante que je n'ai pas pu lâcher ce livre avant d'en connaître la toute fin et ce malgré l'heure tardive (3h du matin, autant vous dire que le lendemain, le réveil a été difficile). J'ai d'ailleurs adoré la fin, moi qui me demandais comment l'auteur allait faire se finir cette histoire. Je n'ai pas été déçue, loin de là et j'ai même été surprise, je ne m'attendais pas à ça.
__Mélodie est une jeune fille à laquelle je me suis beaucoup attachée et qui m'a vraiment touchée. Le fait que ce soit écrit à la première personne et qu'on ait accès à toutes ses pensés a beaucoup contribué au fait que je me sois attachée à elle. Elle voudrait vivre comme toutes les petites filles de son âge, être intégrée à l'école, avoir des amies, pouvoir aller faire du shopping, et surtout discuter avec les autres. Ne pas pouvoir s'exprimer est le plus frustrant pour elle. 
__C'est une histoire vraiment touchante que nous livre ici Sharon M. Draper. J'ai été émue aux larmes de nombreuses fois. Cette histoire permet aussi de changer notre perception sur le handicap. En effet, les camarades et les gens qui voient Mélodie pensent qu'elle est débile, étant donné qu'elle ne peut pas parler. Ils n'hésitent pas à parler d'elle en des termes insultants, alors même qu'elle est à côté et qu'elle comprend et entend tout. Ils peuvent être très méchants et blessants envers elle. Des livres comme celui-ci, il en faudrait plus, afin de faire évoluer les mentalités sur le handicap. C'est une lecture qui permet aussi de se remettre en question et surtout de changer notre vision, notre comportement envers les gens handicapés. On voit ici combien s'attacher aux apparences peut être trompeur. 
__Un livre plus que nécessaire en somme.
__


" Tout le monde utilise des mots pour s'exprimer. Sauf moi. Et je parie que la plupart des gens n'ont pas conscience de leur véritable pouvoir. Moi si.
Les pensées ont besoin de mots, et les mots, d'une voix.
J'adore l'odeur des cheveux de ma mère juste après qu'elle les a lavés.
Et j'adore le contact rugueux du menton de mon père juste avant qu'il se rase.
Mais je n'ai jamais pu leur dire. "
 
__

lundi 14 novembre 2016

La ballade de l'enfant gris


 " C'est l'histoire de Jo', jeune interne en pédiatrie à la personnalité fantasque, à qui tout sourit.
C'est l'histoire de No', un petit garçon de sept ans attachant et joueur, qui est atteint d'un mal incurable et ne comprend pas pourquoi sa maman ne vient pas plus souvent le voir à l'hôpital.
C'est l'histoire de Maria, une mère secrète, qui disparaît à l'autre bout du monde au lieu de rester au chevet de son fils.
Un matin, dans la chambre de l'enfant, survient un drame qui lie à jamais le destin de ces trois êtres.
Jo' devra tout quitter pour partir sur les traces de Maria et percer ses mystères. "


Ce que j'en ai pensé...

__Tout d'abord, je tiens à remercier Baptiste Beaulieu et les éditions Mazarine pour l'envoi de ce livre.
__Jo' est interne en pédiatrie et se prend d'affection pour l'un de ses patients, No', sept ans, atteint d'un mal incurable. La mère de No', Maria, ne vient pas le voir souvent, le personnel hospitalier est très dur envers elle et envers ses absences. Le petit, lui, se pose des questions, il en vient même à penser que sa maman ne l'aime pas. Heureusement, No' peut compter sur le soutien de Jo', qui essaye tant bien que mal de changer les idées à cet enfant, en lui racontant des histoires plus fantasques les unes que les autres, ou en imaginant des blagues à faire au personnel du service. Jusqu'au jour de la déchirure. Le jour où le drame survient et scelle à jamais le destin de Jo', No' et Maria. Dès lors, Jo' va devoir entreprendre un voyage qui va l'emmener au bout du monde, afin de retrouver Maria et de percer ses mystères.
La ballade de l'enfant gris est un livre très touchant, que j'ai adoré ! Difficile pour moi d'en parler tant j'ai aimé cette histoire, tant les personnages m'ont touchés et tant j'ai été prise dans cette quête.
__Ce qui m'a déjà beaucoup plu dans cette histoire, c'est la façon dont elle est racontée. Un chapitre suit le moment après la déchirure, c'est à dire le moment présent, tandis que le suivant se passe avant la déchirure en faisant le décompte jusqu'à ce moment fatidique et on a une alternance de ces deux temporalités tout le long du roman. C'est un procédé que j'ai vraiment apprécié puisqu'il permet de maintenir du suspense étant donné qu'on ne sait pas ce qui s'est passé ce fameux jour que Jo' nomme "La déchirure" et que l'on ne le découvrira qu'à la toute fin.
__J'ai pris énormément de plaisir à suivre Jo' dans son aventure, ainsi que tous les personnages qu'il croise sur sa route. Il est touchant et très attachant. On sent que ce petit garçon est beaucoup plus que son patient, qu'il s'est vraiment attaché à lui. Cette quête initiatique va l'emmener au bout au monde, jusqu'à Jérusalem en passant par l'Italie et je ne me suis pas ennuyée une seconde à suivre son périple. Je n'avais qu'une hâte, enfin découvrir le fin mot de toute cette histoire et je ne me suis absolument pas douté de ce dénouement. Il m'a vraiment plu et aussi beaucoup surprise, je ne m'attendais pas à ça du tout ! 
__Vous l'aurez compris, j'ai tout aimé dans ce roman, vraiment ! J'ai été touchée et émue à plusieurs reprises. Baptiste Beaulieu nous livre une histoire prenante et émouvante, qui ne laisse pas indifférente. D'autant plus quand on sait que c'est inspiré de sa propre histoire. Assurément c'est un énorme coup de coeur et un livre que je vous recommande vraiment. J'ai d'ailleurs hâte de découvrir ses précédents ouvrages qui attendent désespérément dans ma PAL ^^.


" Toute sa vie sera bouleversée à cause de ces vingt kilos d'enfance abandonnés dans le creux de ses bras. Les grandes amitiés - comme les drames immenses - ont souvent de petits commencements..."

" Y a des êtres, ils sont miraculeux. Une caresse. Un mot. Un sourire. Et c'est toute votre existence qui devient meilleure. "

mercredi 9 novembre 2016

Matteo a perdu son emploi




" Aaronson n’a pas toujours été mort. Il fut un temps où Aaronson était même, sans exagérer, un être vivant. De vingt-sept à trente ans, Aaronson tournait – tel un insecte obsessionnel – autour d’un rond-point. Tous les matins, on pouvait voir un homme, entre sept heures et sept heures et demie, faire le tour du principal rond-point de la ville, vers lequel convergeait 60 % de la circulation. C’est ainsi que Gonçalo M. Tavares nous invite à suivre les aventures extravagantes de ses personnages : un joggeur, un enquêteur sondeur, un enseignant, un collectionneur de cafards… Jusqu’à l’apparition de son héros, le vrai, Matteo, celui qui a perdu son emploi. Vingt-six individus dont les destins sont liés comme dans un jeu de dominos, la chute d’une pièce entraînant celle de la suivante. Le lecteur avance de surprise en surprise, empruntant simultanément les chemins de l’absurde et de l’intelligence, il découvre au fil des pages une créativité fascinante qui rappelle celle de Kafka, Beckett ou Melville. Un univers où les ambiguïtés sont reines et offrent de passionnantes réflexions sur l’homme, la ville, la vie moderne et l’ironie de l’existence. "


Ce que j'en ai pensé...

__Tout d'abord je tiens à remercier les éditions Vivane Hamy pour l'envoi de ce livre.
__L'auteur nous invite à suivre l'histoire et le destin de plusieurs personnages, chaque chapitre étant dédiés à l'un deux. Ce n'est d'ailleurs qu'à la fin du livre que l'on fait la connaissance de Matteo, celui-là même du titre. Chaque chapitre se termine par l'introduction du personnage d'après. On a donc ici une construction originale, un peu déroutante au début certes, mais que l'on prends, au fil de la lecture, de plus en plus de plaisir à lire. A travers ces histoires, toute emplie d'humour, et avec un côté un peu décalé, j'ai vraiment passé un bon moment. 
__Assurément, ce livre est une très bonne découverte. L'écriture m'a également beaucoup plu. Les photos de mannequin qui représentent les personnages et qui peuplent le roman sont une bonne valeur ajoutée. 
__Une très bonne lecture en somme, que je vous invite à découvrir, ne serai-ce que pour l'originalité et l'humour qui s'en dégage. 


 

vendredi 21 octobre 2016

Chanson douce



" Lorsque Myriam, mère de deux jeunes enfants, décide malgré les réticences de son mari de reprendre son activité au sein d'un cabinet d'avocats, le couple se met à la recherche d'une nounou. Après un casting sévère, ils engagent Louise, qui conquiert très vite l'affection des enfants et occupe progressivement une place centrale dans le foyer. Peu à peu le piège de la dépendance mutuelle va se refermer, jusqu'au drame.
A travers la description précise du jeune couple et celle du personnage fascinant et mystérieux de la nounou, c'est notre époque qui se révèle, avec sa conception de l'amour et de l'éducation, des rapports de domination et d'argent, des préjugés de classe ou de culture. Le style sec et tranchant de Leïla Slimani, où percent des éclats de poésie ténébreuse, instaure dès les premières pages un suspense envoûtant. "


Ce que j'en ai pensé...


__Ce livre a fait grand bruit lors de sa sortie. Impossible de passer à côté, tout le monde ou presque en parle, la plupart du temps en de très bons termes. Il ne fallait donc pas que je le loupe. J'avais très envie de le lire, même si j'avais un peu peur d'en attendre trop, vu tous les très bons avis que j'avais lus à son sujet. Heureusement il n'en est rien, ça a été une grosse claque !
__Myriam et Paul sont mariés et les parents de deux enfants. Lorsque Myriam fait part de son souhait de reprendre le travail à Paul, tous deux se mettent en quête d'une nounou. Ils trouvent la perle rare en la personne de Louise. Leurs amis leur envient cette nounou parfaite. Peu à peu celle-ci devient vraiment indispensable à leur quotidien.
Dès les premières pages, Leïla Slimani donne le ton du roman avec une première scène aussi glauque que prenante, puisque le livre s'ouvre sur une scène de crime. En effet, la nounou Louise a tué les deux enfants de Paul et Myriam qu'elle gardait. Dès lors, Leïla Slimani opère un flash-back définitif, nous racontant le quotidien du couple avant l'arrivée de Louise, l'entrée de celle-ci dans l'intimité de Myriam et Paul, et comment, peu à peu, elle leur devient indispensable, jusqu'à ce que tout dégénère...
__Bien que l'on connaisse l'issue du livre dès le début, cette lecture n'en reste pas moins prenante et percutante. Difficile de lâcher ce roman avant d'en avoir tourné la dernière page. Avec un style abrupt, une ambiance glauque, Leïla Slimani dissèque le couple d'aujourd'hui, les ambitions, les relations employeurs/employés. En effet, Louise n'est perçue pour le couple que par rapport à son rôle de nounou, ils ne l'imaginent pas autrement, ne la perçoivent pas en tant que femme. Pour eux, elle est cantonnée à son emploi et à rien d'autre. Ils ne l'imaginent pas ailleurs. Peu à peu elle leur devient indispensable, une relation pernicieuse s'installe, et ce des deux côtés. Le couple a besoin d'elle tout comme elle a besoin d'eux. Cette relation qu'ils entretiennent tous ensemble, cette sorte de dépendance affective est ambiguë, néfaste. Ce flash-back définitif que l'auteure opère nous permet de mieux cerner le personnage de Louise. Loin d'expliquer son geste insensé, il nous donne néanmoins certaines clés pour mieux comprendre comment elle en est arrivée là, bien que rien n'excuse son geste.
__Avec une écriture tranchante, Leïla Slimani nous embarque dans une histoire aussi glaçante que prenante. Assurément, c'est un livre à lire qui ne vous laissera pas indifférent ! 



" Elle émerge du sommeil comme on remonte des profondeurs, quand on a nagé trop loin, que l'oxygène manque, que l'eau n'est plus qu'un magma noir et gluant et qu'on prie pour avoir assez d'air encore, assez de force pour regagner la surface et prendre une vorace inspiration."
 __

mardi 18 octobre 2016

Harry Potter et l'enfant maudit


" Être Harry Potter n'a jamais été facile et ne l'est pas davantage depuis qu'il travaille au cœur des secrets du ministère de la Magie. Marié et père de trois enfants, Harry se débat avec un passé qui refuse de le laisser en paix, tandis que son fils Albus affronte le poids d'un héritage familial dont il n'a jamais voulu. Quand passé et présent s'entremêlent dangereusement, père et fils se retrouvent face à une dure vérité : les ténèbres surviennent parfois des endroits les plus inattendus. "


Ce que j'en ai pensé...

__Harry Potter et moi, c'est une grande histoire d'amour. Je ne pouvais donc absolument pas passer à côté de ce nouveau livre. J'avais un peu d'appréhension quand même, étant donné que ce livre se passe 19 ans après la fin du dernier tome et qu'en plus c'est une pièce de théâtre et non plus un roman. Néanmoins, ça a été un énorme coup de coeur, j'ai vraiment adoré (même si mon avis ne sera pas trop objectif du coup ^^) !
__Harry et Ginny sont mariés, nous les retrouvons 19 ans après. Albus, l'un de leurs trois enfants, fait son entrée à Poudlard. Ses relations avec Harry ne sont pas au beau fixe, tous deux ne se comprennent pas et Albus supporte de moins en moins le poids de cet héritage familial qu'il n'a pas demandé. Les choses ne vont pas en s'arrangeant avec le temps, Albus ne se sent pas à sa place à Poudlard, où les gens le regardent comme un paria, lui qui a si peu en commun avec son père, qui fait partie de la maison Serpentard. Heureusement, il peut compter sur le soutien de Scorpius, son meilleur ami qui se trouve aussi être le fils de Drago Malefoy.
__Comme je vous le disais plus haut, j'ai adoré cette pièce ! Plonger de nouveau dans cet univers qui a bercé et marqué mon enfance m'a fait beaucoup de bien. Retrouver ces personnages qui m'avaient tant plu aussi.
L'histoire est prenante, tellement prenante que j'ai lu ce livre d'une traite ! Moi qui voulais faire durer ma lecture, autant dire que c'est raté ! En une soirée c'était fini.
 __J'ai pris énormément de plaisir à suivre Albus et Scorpius, même si le premier m'a agacé à plusieurs reprises quand même ! Scorpius, quant à lui, est un personnage pour lequel j'ai eu un vrai coup de coeur ! Il m'a beaucoup plu, je l'ai adoré ! Son côté je sais tout, un peu comme Hermione au début, son humour, tout m'a plu chez lui. 
__C'est avec beaucoup d'émotion que j'ai refermé ce livre. La potterhead en moi est comblée, c'était un réel bonheur de retrouver cet univers ! 
__Always.


" Harry, il n'existe pas de réponse parfaite dans ce monde d'émotions et de désordre. La perfection est hors de portée de l'espèce humaine, hors de portée de la magie. Dans chaque instant rayonnant de bonheur, il y a cette goutte de poison: la conscience que la douleur reviendra. Pour un humain, souffrir, c'est comme respirer. "


lundi 3 octobre 2016

Les voleurs de souvenirs

 
" Alyssa Michel, jeune chanteuse de vingt-deux ans, n'aurait jamais imaginé qu'en se lançant à la recherche de son père, elle découvrirait l'existence d'un monde et d'êtres dont elle ignore tout. En quête de vérité sur son géniteur, une autre société va se dévoiler à elle, une société beaucoup plus dangereuse et dont elle ne maîtrise pas les règles. Sa curiosité la conduira-t-elle à sa perte, à l'amour ou à l'oubli ? Car ces êtres qui régissent le monde dans l'ombre, possèdent des pouvoirs insoupçonnés et mènent le jeu. Les voleurs ne donnent pas. Ils prennent. "

Ce que j'en ai pensé...

__Tout d'abord, je tiens à remercier Meg-Anne Goût pour l'envoi de son livre.
__Alyssa a 22 ans et fait partie d'un groupe musique. Un producteur les a contactés et souhaite les produire, tout va donc pour le mieux . Elle pour qui la musique est toute sa vie, elle est comblée. Néanmoins, tout bascule lorsqu'elle surprend une conversation qu'elle n'aurait jamais dû entendre entre ses parents et qu'elle découvre que son père n'est pas son vrai père. Elle se met alors en quête de son géniteur, dont sa mère ne sait rien. Cette quête va lui révéler l'existence d'une société secrète et de choses dont elle ne soupçonnait même pas l'existence...
__Le résumé est très intrigant, tout comme les premières pages de ce livre. Au début, on ne comprend pas tout, il y a certaines zones d'ombre, ce qui fait que, de suite, on est pris dans l'histoire. Difficile de décrocher, tant on souhaite savoir ce qui se passe, découvrir qui sont ces mystérieux voleurs de souvenirs. 
__Alyssa est un personnage qui m'a vraiment plu. J'ai adoré la suivre dans la quête de son père mais pas que, et je me suis beaucoup attaché à elle. 
__Les nombreux rebondissements et le suspense très présent font qu'on ne s'ennuie pas une seconde lors de la lecture. C'est prenant, addictif et très bien ficelé !
__Une lecture très plaisante donc, avec des personnages attachants, et qu'on adore suivre !

 

mercredi 28 septembre 2016

Danse d'atomes d'or

 
" Un soir chez des amis, O. rencontre Loren, une acrobate fougueuse et libre aux cheveux couleur de seigle. Ils s’éprennent follement, s’étreignent et s’aiment le jour et la nuit dans la ville qui leur ouvre les bras. Mais Loren disparait sans un mot. Inconsolable, têtu O. la cherche jusqu’à Tombelaine en Normandie. Là, il apprendra pourquoi la jeune fille si solaire et fragile, est partie sans pouvoir laisser d’adresse. Librement inspiré d’Orphée et Eurydice, le ballet de Pina Bausch, Danse d’atomes d’or propose une nouvelle version du mythe. Ici, Eurydice n’a pas besoin d’Orphée… D’une beauté à couper le souffle, écrit avec la rage de vivre, le premier roman d’Olivier Liron s’inscrit dans le droit fil de L’écume des jours de Boris Vian. "


Ce que j'en ai pensé...

__Ce livre, c'est une histoire d'amour entre O. et Lauren. Lorsqu'il la rencontre dans une soirée entre amis, il tombe sous son charme. Pendant trois mois, ils se découvrent, vivent quelque chose, s'aiment. Pourtant, du jour au lendemain, elle disparaît sans laisser de traces. O. est dévasté, il ne comprend pas les raisons de ce départ. Malgré tout, il ne perd pas espoir de revoir Lauren et n'a de cesse de la chercher. Il veut à tout prix comprendre pourquoi elle est parti comme ça. C'est à Tombelaine qu'il trouvera la vérité et les raisons qui ont poussées Lauren à fuir de la sorte.
__Olivier Liron reprend le mythe d'Orphée et d'Eurydice pour cette histoire, et ce de manière plutôt originale. Avec un style très poétique, il nous plonge dans cette histoire d'amour. Au fil du livre, on s'attache à ces deux personnages, O. et Lauren. Tout comme O., on veut savoir pourquoi Lauren est parti, alors que tout allait pour le mieux entre elle et O..
La partie où O. exprime sa peine face à la disparition de Lauren est vraiment touchante. A travers ses mots, on sent toute sa peine, toute sa détresse et surtout, tout l'amour qu'il portait à cette femme. C'est cette partie, ainsi que la toute fin qui m'ont le plus plu. Ce sont des parties vraiment émouvantes et touchantes. Impossible de rester insensible face à sa peine.
__Le livre est bien construit, très poétique. Le début est un peu "fou" et un peu déroutant. En effet certains personnages ont des prénoms imprononçables, il y a également beaucoup d'images, de métaphores ce qui peut perturber de prime abord. Malgré tout, c'est cette folie qui donne tout son cachet au livre et cette histoire n'en reste pas moins prenante et touchante. J'ai aussi aimé qu'il y ai une partie écrite du point de vue de Lauren, cela nous permet d'avoir sa vérité, son point de vue sur leur histoire, ce qu'elle ressentait sur O. et surtout de savoir pourquoi elle était partie comme ça du jour au lendemain sans laisser de traces.
__Un livre très agréable à lire, une histoire d'amour poignante, une lecture que je recommande !


 " On voudrait parfois que le temps cesse son bourdonnement ; au moins juste pour un moment. On voudrait arrêter l'image. Prendre le temps d'ouvrir grand les yeux. Que le temps s'arrête, pour que l'on retienne un instant l'image du bonheur, que cela pénètre la rétine, jusqu'au fond de soi, jusqu'au fond des yeux, tout au fond du regard. "
_____

" La mémoire de nos nuits d'amour est mêlée de songes. S'emmêle. Au réel. On invente sa vie à mesure, la mémoire est faite de sables mouvants et trompeurs. On invente ses souvenirs à mesure. Façon idiote de rappeler que le réel ne se peut atteindre, le réel toujours se rebelle contre l'imagination, contre l'écriture, contre les fables. Ou alors, c'est que le réel est justement ça : une invention. Le réel est une fable autobiographique. "
l

mercredi 21 septembre 2016

Je m'appelle Léon

 
" Leon, 9 ans, est un garçon courageux. Quand un jour sa mère n’arrive plus à se lever le matin, il s’occupe de son demi-frère Jake. Quand l’assistante sociale emmène les deux garçons chez Maureen au gros ventre et aux bras de boxeur, c’est lui qui sait de quoi le bébé a besoin. Mais quand on lui enlève son frère et qu’on lui dit que chez ses nouveaux parents il n’y a pas de place pour un grand garçon à la peau sombre, c’en est trop. Heureusement Leon rencontre Tufty, qui est grand et fort, qui fait du vélo comme lui et qui, dans son jardin, lui apprend comment prendre soin d’une petite plante fragile. Mais Leon n’oublie pas sa promesse de retrouver Jake et de réunir les siens comme avant. Le jour où il entend une conversation qui ne lui était pas destinée, il décide de passer à l’action… "



Ce que j'en ai pensé...

__Tout d'abord je tiens à remercier les éditions Kero pour ce partenariat via NetGalley. 
__Dans ce livre, on découvre Léon, 9 ans, qui vit avec sa maman et son demi-frère Jack. C'est à travers son regard que l'histoire nous est raconté. Malgré son très jeune âge, Léon est un garçon extrêmement courageux. Quand sa mère n'arrive plus à se lever un matin, il s'occupe lui-même de Jake. Néanmoins, la situation ne vas pas durer. Leur mère va être prise en charge et les deux enfants vont se retrouver placer chez Maureen, une vieille femme très attachante qui va s'occuper d'eux, en attendant qu'un foyer leur soit trouvé. Pour Léon, c'est une situation très dure, sa maman lui manque beaucoup, et les choses vont encore être plus difficile pour lui lorsque Jake lui est enlevé et placé dans une famille. 
__C'est une lecture qui m'a beaucoup plu, notamment à cause du fait que tout nous soit raconté du point de vue de Léon. Son regard d'enfant sur les choses qui lui arrivent, et que lui ne comprend pas toujours, rend cette lecture d'autant plus touchante. C'est un personnage que j'ai adoré suivre, il est très attachant. Il vit des situations extrêmement difficiles qu'aucun enfant de son âge ne devrait vivre. Être séparé de sa mère puis ensuite de son demi-frère dont il s'est occupé est vraiment dur pour lui.
__De nombreux sujets sont abordés , tel que le racisme, puisque Léon est noir, le placement en foyer d'accueil, le fait de vivre en étant séparé de sa famille. Ce livre souffre néanmoins de quelques longueurs ce qui a rendu ma lecture un peu ardue par moment.  
__Malgré ces longueurs, c'est un roman qui m'a beaucoup plu, touchant et poignant, qui aborde des thèmes forts.



" Il sent l'étoile noire du chagrin qui lui pique la gorge et la chaleur de sa maman sur ses doigts. "
_____

" - Parce que, mon poussin... Parce que c'est comme ça. C'est un bébé, un bébé blanc. Et toi, tu n'es ni l'un ni l'autre. Apparemment. Parce que les gens sont horribles et que la vie est injuste. Injuste. Si tu veux mon avis, c'est mal et... "
__
designed by Charming Templates