samedi 24 juin 2017

Tu as promis que tu vivrais pour moi

 
" Quand on a trente ans, on n’est jamais préparé à perdre sa meilleure amie. C’est pourtant le drame que Molly doit affronter quand Marie est emportée par la maladie en quelques mois à peine. Juste avant de mourir, celle-ci demande à Molly de lui faire une promesse : vivre sa vie pleinement, pour elles deux. Elle y tient, alors Molly accepte.
Mais par où commencer ? Lâcher son travail de serveuse ? Rompre avec Germain, l'homme avec lequel elle vit ? Certes, il est comptable et porte des chaussons, mais il est gentil.
Lorsque Molly reçoit quelques jours après l’enterrement un mystérieux paquet contenant douze lettres de Marie, elle comprend que celle qui lui manque tant n’avait pas l'intention de se contenter de paroles en l'air et que son engagement va l’entraîner bien plus loin que ce qu’elle imaginait… "


Ce que j'en ai pensé...

__Tout d'abord, je tiens à remercier les éditions Michel Lafon pour ce partenariat via NetGalley ainsi que Carène Ponte, pour m'avoir envoyé son livre dédicacé.
__Le premier roman de Carène Ponte "Un merci de trop" m'avait beaucoup plu (si jamais vous l'avez loupé, ma chronique est juste ici) alors lorsque j'ai vu que son second livre était disponible sur NetGalley je n'ai pas hésité une seconde tant il me faisait envie. Et j'ai bien fait puisque je serai passée à côté d'un énorme coup de cœur qui m'a tenu éveillé une bonne partie de la nuit. 
__Dans ce livre donc, nous faisons la connaissance de Molly, la trentaine, qui vient tout juste de perdre sa meilleure amie, Marie à qui elle avait fait une promesse : celle de vivre sa vie pleinement, vivre pour elles deux. Et elle était loin d'imaginer où cette promesse l’emmènerait, surtout quand elle découvre que Marie n'a pas laissé la place au hasard puisqu'elle lui a laissé un paquet contenant douze lettres. Chacune des lettres contient une chose à faire pour le mois...
__Molly est un personnage extrêmement attachant, qui m'a énormément plu, vraiment. On se met très facilement à sa place et on se demande comment on aurait fait nous pour faire face à la perte d'un être avec qui on partageait tout depuis plus de 25 ans. Les personnages secondaires ne sont pas en reste et je les ai tous beaucoup aimé. Tous apportent quelque chose à l'histoire et je serai bien restée quelques pages de plus à leurs côtés. Que ce soit Nadège, Charlotte, Viviane et j'en passe, chacun ajoute à cette histoire une touche d'humour et d'émotion.
__Ce qui est génial avec Carène Ponte, c'est qu'elle nous fait passer du rire aux larmes en un rien de temps. J'ai pleuré, beaucoup, mais j'ai ri aussi beaucoup. Difficile de rester insensible face à cette histoire prenante, que j'ai dévoré d'une traite une bonne partie de la nuit. C'est bourré d'émotion, d'humour et malgré des sujets forts tels que la perte d'un être cher, le deuil ou encore l'abandon sous des formes différentes, on referme ce livre le sourire aux lèvres en ayant qu'une seule envie : celle de ne pas avoir peur de tout quitter, d'oser, d'oser prendre sa vie en main.
__Commencée avant d'aller me coucher, je n'ai finalement pas pu décrocher de cette histoire avant de l'avoir finie. J'avais hâte de savoir où tout cela allait mener et je ne regrette pas d'avoir sacrifié quelques heures de sommeil pour ce livre. Petit plus, on retrouve avec grand plaisir les notes en bas de pages, celles-là même qui m'avait tant plu dans "Un merci de trop". 
__Pour conclure, je vous dirais simplement qu'il faut absolument courir en librairie pour vous précipiter acheter cette petite merveille !



" Qui te dit que j'ai envie de faire mon deuil, hein ? Faire son deuil, c'est comme oublier. Et moi, je n'ai pas envie d'oublier. Je n'ai pas envie de ne plus penser à elle. Grâce à ces enveloppes, elle sera encore avec moi pour douze mois. Douze tout petits mois. C'est difficile à comprendre ? "

mercredi 14 juin 2017

Hier encore, c'était l'été

 
" Alexandre, Marco, Sophie et les autres se connaissent depuis l’enfance.
Ensemble ils sont nés, ensemble ils ont grandi, en toute insouciance et en toute innocence. Mais lorsque la vie les prend au sortir de l’adolescence, la claque est brutale.
En une décennie, ceux que les intellectuels appellent la jeunesse perdue et désillusionnée vont devoir apprendre à se battre pour exister. La vie les perdra par endroits.
À travers les drames, les fous rires et les joies subsiste alors l'amitié. Et l'amour qui les sauvera.

Tendre portrait d’une génération et d’une époque, Hier encore, c'était l'été prend aux tripes pour ne plus vous lâcher. C’est l’histoire de nos guerres quotidiennes, de ses victoires et de ses peines. C’est surtout l’histoire de la vie et d’une bande d’amis dont on voudrait faire partie. "


Ce que j'en ai pensé...

__Hier encore, c'était l'été est un roman qui m'a de suite attiré avec son résumé et surtout sa couverture en poche. Et aussitôt acheté, aussitôt lu ! 
__Dans ce livre, nous faisons la connaissance de deux familles, les Fresnais et les Lefèvre. Celles-ci ont deux chalets côte à côte et deviennent, avec le temps, très amis. Nous suivons donc ces deux familles, notamment la toute dernière génération, celle des petits-enfants, à travers le personnage d'Alexandre, petit-fils Fresnais. Si l'accent est mis sur sa vie à lui, les autres protagonistes ne sont pas en reste. Anouk, Sophie, Marco et j'en passe, tous, gravitent autour de lui et on les suit également. Et franchement, pendant ma lecture, j'avais très envie de faire partie de leur bande de pote d'enfance !
__Ce qui m'a particulièrement plu dans ce livre, c'est déjà la façon de narrer l'histoire. En effet, les chapitres passent parfois plusieurs années et j'aime beaucoup cette manière de faire. Je trouve que ça donne une bonne dynamique à l'histoire. 
J'avoue qu'au début, avec tous les personnages évoqués, j'ai eu un peu de mal à m'y retrouver. Il était parfois difficile pour moi de différencier qui était qui et qui appartenait à telle ou telle famille. Néanmoins, après quelques pages, tout se clarifie et c'est avec beaucoup de plaisir que j'ai suivie les aventures de cette joyeuse bande de potes. Les personnages sont vraiment attachants, on a envie de savoir ce qu'il leur arrive, de voir comment ils grandissent, comment ils affrontent leur vie, leurs problèmes aussi. A travers ces amis d'enfance devenus quasi-inséparables, Julie de Lestrange aborde des thèmes forts, que tout le monde est susceptible d'affronter un jour ou l'autre : la maladie, le deuil, l'amour, l'amitié...Mais aussi et surtout, comment deviens-t-on adulte ? Comment grandir, que faire de sa vie, quel sens lui donner ? Des questions qu'on se pose tous à une période de notre vie. Chacun des personnages appréhende la vie, le futur d'une manière différente et on peut se retrouver dans n'importe lequel d'entre eux. 
__Un roman qu'on referme le sourire aux lèvres et qui, je n'en doute pas, peut parler à chacun de nous.


 " Il trouvait les relations amoureuses d'une grande absurdité. Surtout la fin. Du jour au lendemain, il fallait décréter que l'autre n'existait plus. Soit. Mais les sentiments, eux, existaient toujours. Le manque aussi. "
 

lundi 29 mai 2017

Une ombre chacun


" Rescapée d'un enlèvement quand elle était enfant, Clara, 30 ans, mène désormais à Paris une vie confortable avec son mari, Charles. Pourtant, lorsqu'il lui demande un enfant, elle décide de partir sans laisser de trace.
Homme d'affaires occupé, Charles loue les services de Seven Smith, un ancien Marine, afin de retrouver son épouse. Pour le soldat américain, que la fin de la guerre a laissé sans but, la quête de cette femme disparue est une occasion inespérée d'exister à nouveau.
À travers l'Europe, Clara et Seven vont partir à la recherche de vérités sur eux-mêmes qui altéreront pour toujours le sens de leurs vies. "


Ce que j'en ai pensé...

__Tout d'abord, je tiens à remercier les éditions Belfond et surtout Carole Llewellyn pour m'avoir envoyé ce livre. 
__Clara a 30 ans. Rescapée d'un enlèvement lorsqu'elle était enfant, elle est aujourd'hui mariée à Charles, avec qui elle mène une vie plutôt aisée et confortable à Paris. Pourtant, lorsqu'il lui demande de faire un enfant, elle s'enfuit sans laisser de traces. 
Seven, ancien Marine, qui vit aux Etats-Unis, a vent de cette disparition. Il décide alors de quitter sa petite vie routinière et sans saveur afin de partir sur les traces de Clara. La guerre ne l'a pas laissé sans séquelle et il voit dans cette enquête l'occasion de donner un but à sa vie monotone de vendeur de matelas. 
__Dans ce roman, nous suivons donc un chapitre sur deux Seven et Clara. Je pense vous avoir déjà dit que j'adore cette façon de faire, cela donne une bonne dynamique à l'histoire et permet de s'attacher davantage à nos deux protagonistes.
__On se rend très vite compte que ces deux personnages ont des séquelles de leurs passés. Séquelles qui les bloque dans leur vie. Clara s'est fait enlever quand elle était enfant et même si elle s'en est sortie saine et sauve, c'est une épreuve qui l'a beaucoup marquée et elle en souffre encore aujourd'hui. Et le pire, c'est que son entourage ne comprend absolument pas le fait qu'elle souffre, que ce soit Charles, son père ou sa soeur. J'ai beaucoup aimé la suivre. Sa vie est plus que monotone avec Charles, qui ne l'aime pas vraiment, car pour lui, elle est seulement un objet, un trophée avec lequel il peut parader. Ce n'est pas un personnage que j'ai le plus aimé d'ailleurs, on le sent plus énervé que triste de la disparition de sa femme. Il vit son départ comme un affront et n'a même pas pris la peine de s'arrêter de travailler pour la chercher. Il l'a trompe et elle passe son temps à faire les courses, à manger et à poster des photos sur Instagram. Sa vie n'a rien de palpitant et c'est sans regret qu'elle part du jour au lendemain. Seven, lui, a gardé des séquelles de la guerre. Ses pensées l'y ramènent souvent. Il a une vie monotone qui ne le satisfait plus. Il trompe Brooke, sa femme, très souvent et passe son temps à se masturber. Il voit dans la disparition de Clara l'occasion de reprendre sa vie en main, elle lui donne un objectif à poursuivre. Il se sent enfin utile à quelque chose.
__Dès les premières pages on est pris dans l'histoire. On a toujours envie de continuer à lire afin de savoir comment tout cela va se terminer. De plus, c'est très bien écrit et on se rend compte en lisant de toutes les recherches qui ont été faites en amont.
__Un premier très bon roman où les émotions de nos deux protagonistes sont disséquées et qui, à leur manière, décide tout plaquer pour ne plus subir leurs vies.


" Nous sommes tous vouées à oublier ce qui ne dure pas. "
 

samedi 20 mai 2017

Un appartement à Paris

 
" Paris, un atelier d'artiste caché au fond d'une allée verdoyante.
Madeline l'a loué pour s'y reposer et s'isoler.
À la suite d'une méprise, cette jeune flic londonienne y voit débarquer Gaspard, un écrivain misanthrope venu des États-Unis pour écrire dans la solitude. Ces deux écorchés vifs sont contraints de cohabiter quelques jours.

L'atelier a appartenu au célèbre peintre Sean Lorenz et respire encore sa passion des couleurs et de la lumière. Terrassé par l'assassinat de son petit garçon, Lorenz est mort un an auparavant, laissant derrière lui trois tableaux, aujourd'hui disparus. Fascinés par son génie, intrigués par son destin funeste, Madeline et Gaspard décident d'unir leurs forces afin de retrouver ces toiles réputées extraordinaires.

Mais, pour percer le véritable secret de Sean Lorenz, ils vont devoir affronter leurs propres démons dans une enquête tragique qui les changera à jamais. " 


Ce que j'en ai pensé...

__Tous les ans, le dernier livre de Musso rejoint ma PAL. Et je dois avouer que depuis quelques années, je suis un peu lassée. En effet, si cette lecture a été plaisante dans l'ensemble, je suis resté sur ma faim et je vais tout de suite vous expliquer pourquoi.
__Dans ce dernier roman, on retrouve un personnage qui a déjà fait son apparition dans un des livres de Guillaume Musso : Madeline Greene. Je l'avais beaucoup aimé dans "L'appel de l'ange" et j'ai donc été agréablement surprise de la retrouver dans ce roman-ci. Néanmoins, pas de panique, si vous ne l'avez pas lu cela n'entachera pas votre lecture puisque les informations clés à savoir sur Madeline nous sont données. Comme je disais donc, on retrouve Madeline, qui a loué un appartement à Paris pour se reposer. Surprise, quand elle arrive et suite à une erreur, l'appartement a déjà été loué à Gaspard, un écrivain venu des États-Unis pour écrire sa nouvelle pièce de théâtre. La colocation va être rude, surtout au début, mais tous deux vont se prendre de fascination pour le peintre Sean Lorenz, à qui cet appartement a appartenu. Mort un an auparavant, celui-ci ne s'était jamais vraiment remis de la mort de son fils. Mais il a laissé derrière lui un mystère. En effet, ses trois dernières toiles ont disparues. Madeline et Gaspard vont, contre toute attente, unir leurs forces afin de retrouver ces peintures.
__C'est une lecture que j'ai aimée et avec laquelle j'ai passé un bon moment, même si quelques points m'ont déçus. Le début m'a paru un peu long, j'ai mis du temps avant de vraiment rentrer dans l'histoire. Une fois que j'ai été prise dans le livre et dans cette enquête, ma lecture a été moins laborieuse et j'ai aimé suivre l'investigation de nos deux protagonistes. 
__L'univers de l'art est très présent, ce qui ne m'a pas dérangé au contraire. La couverture, censé rappeler le tableau d'un peintre, avec son effet toilé est totalement réussi et m'a séduite au premier regard.
__Madeline et Gaspard sont deux personnages qui n'ont pas beaucoup de choses en commun, si ce n'est d'avoir loué le même appartement. Au début, la cohabitation va s'avérer plutôt difficile. Bien que ce soit deux personnages qui m'ont plu dans l'ensemble et que j'ai aimé suivre, je suis un peu lassée de ce type de relation. Tous deux doivent faire équipe s'ils veulent percer à jour les secrets de Lorenz, mais ne se supporte pas. Gaspard, lui, aime la solitude, sa petite routine pour écrire. Il préfère l'alcool aux gens, tandis que Madeline, elle, essaye de surmonter la dépression qui l'a touché quelques temps auparavant et souhaite donner une autre dynamique à son futur. Néanmoins, ils vont devoir composer l'un avec l'autre, malgré leurs caractères respectifs. Si j'ai aimé leur relation un peu chats et chiens, l'épilogue qui nous dit ce que tous deux sont advenus après le dénouement de l'histoire et de l'enquête m'a laissé sans voix. Bien que je m'y attendais un peu, même si je ne trouve pas forcément cette fin cohérente, j'aurais aimé quelque chose de moins tirer par les cheveux. Bon, j'ai quand même été surprise du dénouement, je ne m'attendais absolument pas à ça, mais cet épilogue m'a dérangé et je suis restée sur ma faim.
__Je regrette les premiers livre de Guillaume Musso, ceux à la touche fantastique et à la pointe de surnaturel, vraiment. Il est loin le temps où il écrivait des fins qui donnaient envie de relire le livre tant elles nous surprenaient et étaient inattendues.
__Pour conclure, je dirais que je garde un souvenir plutôt mitigé de cette lecture. Si j'ai trouvé certains points intéressants et même surprenants, d'autres m'ont dérangés et je suis resté sur ma faim.



" Les tubes de médicaments flottent à la surface comme des bateaux encalminés. Tu les ouvres et tu avales des gélules par poignées. Mais ça ne suffit pas. Tu dois faire les choses jusqu’au bout. Alors tu retires la lame du rasoir posé sur le rebord de la baignoire et tu la fais courir au creux de tes avant-bras.
Tu t’es toujours battue âprement, mais aujourd’hui tu ne t’en sens plus capable, car ton ennemi ne te laisse pas de prise et te connaît plus que toi-même. En approchant le tranchant de tes veines, tu repenses avec ironie à la joie surfaite que tu as éprouvée ce matin en voyant le soleil par ta fenêtre. "
__

mercredi 17 mai 2017

Une mère

 
" Barcelone, le 31 décembre. Quelques heures avant le réveillon de la Saint-Sylvestre. Amalia et son fils Fernando s’affairent avant l’arrivée des invités. Amalia, 65 ans, divorcée depuis peu, est enfin parvenue à réaliser l’un de ses rêves, réunir sa famille à l’occasion du dernier dîner de l’année. Sur la table, sept couverts : ceux d’Amalia, de son fils Fernando, de ses deux filles Silvia et Emma, d’Olga, l’amie d’Emma, et enfin de l’oncle Eduardo. Le septième couvert est celui de l’Absent. "


Ce que j'en ai pensé...

__Tout d'abord, je tiens à remercier les éditions le Cherche Midi pour l'envoi de ce livre.
__Une mère nous narre l'histoire d'une famille espagnole, réunie pour la première fois depuis bien longtemps le soir du 31 décembre. Amalia, la mère, personnage central de ce livre, s'affaire avec son fils, Fernando, avant l'arrivée des invités. Elle n'espère qu'une chose, que tout se passe pour le mieux... Mais entre secrets, non-dits, ce dîner leur réserve, à tous, bien des surprise. Les deux filles d'Amalia, Emma et Silvia seront là, ainsi qu'Olga, la petite amie d'Emma, et enfin l'oncle Eduardo. Un septième couvert est dressé, celui des absents. Couvert qui a une signification particulière pour chacun des protagonistes autour de la table.
__C'est à travers les yeux de Fernando que nous faisons la connaissance de cette famille. Il nous raconte cette soirée du nouvel an donc, mais pas que puisque celle-ci est entrecoupée de flash-backs qui nous permettent de découvrir le passé de chacun. Ce procédé m'a énormément plu, il nous permet de voir ces personnages dans d'autres circonstances et de mieux comprendre les réactions de certains membres de cette famille. Je pense notamment à Silvia, qui, de prime abord, paraît plutôt froide mais qui, lorsque l'on sait ce qui lui est arrivé, nous apparaît davantage attachante et humaine. Elle n'a pas toujours été comme ça, c'est la vie et les épreuves qu'elle a du traverser qui ont fait qu'elle en est arrivé là. Emma, elle aussi, a du surmonter des choses pas toujours faciles. Chacun est donc façonné, transformé par le passé et par les expériences de la vie. Les apparences sont trompeuses, sous des airs froids se cachent une blessure, derrière le sourire la souffrance est présente...
__J'ai adoré suivre cette famille, chacun des personnages m'ont plu. Je me suis attaché à chacun d'eux et les quitter a été très difficile, tant je serai resté avec plaisir à leurs côtés. Tous viennent à ce repas avec leurs secrets, leurs craintes, leurs envies. Pour le meilleur comme pour le pire.
__On pourrait penser que suivre une famille l'espace d'une soirée pourrait être ennuyant ou rébarbatif mais il n'en est rien, vraiment. Je ne me suis pas embêter une seconde, bien au contraire. Les flash-backs rendent la lecture plus dynamique et font parti des passages que j'ai le plus aimé.
__La mère, personnage central du livre, m'a également beaucoup plu. Ce petit bout de femme, un peu loufoque, quasiment aveugle, divorcée depuis peu et d'une maladresse absolue est vraiment attachante. Elle aussi, elle a eu des épreuves à traverser. Elle qui vivait avec un homme qui la bridait plus qu'autre chose a décidé d'enfin vivre, d'enfin profité de la vie. Chacun de ses gestes, chacune de ses paroles montrent à quel point sa famille passe au premier plan et compte pour elle. Son côté fantasque nous la rend davantage captivante.
__Si certains passages sont très drôles, il y a également beaucoup d'émotion dans cette lecture. En effet, on passe du rire aux larmes en un rien de temps.
__Un livre à lire absolument !


" « On ne peut pas continuer à s'excuser d'être vivants, maman. Ça, c'est fini », me suis-je entendu prononcer. "


vendredi 5 mai 2017

Avant toi



" Quand Lou apprend que le bar où elle est serveuse depuis des années, met la clé sous la porte, c’est la panique. En pleine crise, dans ce trou paumé de l’Angleterre, elle se démène pour dégoter un job qui lui permettra d’apporter à sa famille le soutien financier nécessaire. On lui propose un contrat de six mois pour tenir compagnie à un handicapé. C’est alors que la jeune femme découvre Will, un jeune tétraplégique qui rêve de mettre fin à ses jours. Lou n’a que quelques mois pour le faire changer d’avis. "


Ce que j'en ai pensé...

__Avant toi est un livre dont j'ai entendu beaucoup de bien et qui a eu droit à une adaptation cinématographique (qu'il me tarde de voir, d'ailleurs). Acheté le mois dernier, j'avais hâte de le lire. J'ai donc profité du week-end à 1000 pour enfin découvrir cette histoire. Et je ne suis nullement déçue puisque cette lecture a été un énorme coup de cœur
__Lou est serveuse dans un café, elle s'y sent bien, elle aime le contact avec la clientèle. Mauvaise nouvelle pour elle, le café est obligé de mettre la clé sous la porte. Lou cherche donc un autre travail, mais, dans le trou paumé de l'Angleterre dans lequel elle habite, les offres d'emploi ne courent pas les rues. Pourtant, si elle veut pouvoir aider sa famille, en difficulté financièrement, elle va devoir accepter n'importe quoi. On lui propose alors un contrat de six mois pour tenir compagnie à un jeune homme tétraplégique. Elle va faire la connaissance de Will, qui n'a qu'une seule idée en tête : mettre fin à ses jours. Lou a six mois pour le faire changer d'avis. Et elle est loin de se douter que ces quelques mois vont bouleverser sa vie...
__J'ai ouvert ce livre en essayant de ne pas trop en attendre, vu tous les bons commentaires qui ont été fait à son sujet. Mais force est de constaté qu'il les vaut largement. Il y avait longtemps qu'un livre ne m'avait pas émue à ce point. Il aborde des thèmes forts, tels que le handicap, le suicide, mais pas que. En effet à travers le personnage de Lou, cette jeune femme qui a toute la vie devant elle mais qui n'en profite pas, qui se complait dans sa petite vie tranquille, sans ambitions, le contact avec Will va la changer. Être aux côtés de Will va l'inciter à viser et à voir plus grand pour sa vie.
__Lou et Will sont deux personnages auxquels on s'attache énormément, j'ai adoré suivre leur histoire, voir comment ils évoluaient au fil des jours.
Certains personnages, tel que la mère de Will ou encore la sœur de Lou, ont un chapitre qui leur est consacré. J'ai aimé ce procédé puisqu'il permet de voir leurs points de vue sur la situation, leurs ressentis.
__En somme c'est une lecture que je vous recommande vivement, ne serait-ce que pour les thèmes qu'elle aborde. J'en suis ressortie bouleversée et je ne suis pas prête d'oublier cette histoire et ces personnages. 



" - Certains jours, Clark, tu es plus ou moins l’unique chose qui me donne la force de me lever. "


mardi 28 mars 2017

Le premier homme sur Mars sera une blonde

 
" Matsya, c’est LA chanteuse à succès du moment, une super star connue dans le monde entier. Alors, forcément, lorsqu’elle annonce monter une expédition sur Mars, la nouvelle est accueillie avec une certaine réserve... Mais peu importe : fidèle à sa personnalité déjantée et un brin mégalo, Matsya délaisse les manucures pour un entraînement digne de la NASA. Et quoi de mieux qu’un casting mondial pour recruter son équipage ? Pour éviter le fiasco galactique, pas d’autre choix que de compter sur Larissa, une beauté mystérieuse tout droit sortie de la guerre froide, Dick, un troublant milliardaire britannique, et Mikhail Rodchenko, puissant et inquiétant autocrate russe. Le monde retient son souffle : jusqu’où ira-t-elle ? Une comédie en plusieurs épisodes tous aussi jubilatoires les uns que les autres ! "


Ce que j'en ai pensé...

__Tout d'abord je tiens à remercier les éditions StoryLab pour l'envoie de ce livre.
__Matsya est la chanteuse à succès du moment, connue du monde entier. Mégalo, déjantée, plus habituée aux séances de shopping qu'à des entraînements intenses, elle surprend tout le monde lorsqu'elle annonce qu'elle a pour projet de monter une expédition sur Mars. Dès lors, des castings mondiaux s'organisent afin de recruter l'équipage, où seuls les meilleurs seront sélectionnés et pourront suivre les entraînements dignes de la NASA qui sont mis en place.
__Matsya est un personnage haut en couleur, drôle, un peu dans son monde. Elle ne doute pas de son projet de monter une expédition sur Mars, malgré les critiques que cela suscite. Elle ne se laisse pas démonter et est prête à tout pour mener son idée à son terme. Même si elle va faire face à pas mal d'embûches. 
__Bien que le début soit un peu long à se mettre en place, au fil des épisodes les nombreux rebondissements compensent la lenteur du début. Autant dire qu'une fois que tout est mis en place, on est pris dans l'histoire et on ne s'ennuie pas une seconde. Il y a beaucoup de suspense, notamment sur le personnage de Larissa. On n'a de cesse de se demander de quel côté elle est : méchante, gentille ?
__Matsya nous parle à travers son blog, on lit donc ses articles, entrecoupés parfois d'articles de journaux. Ce procédé m'a beaucoup plu, il donne une bonne valeur ajoutée à ce livre. 
On passe un très bon moment au côté de Matsya, elle m'a plutôt bien plu, elle est drôle, fraîche et j'ai adoré suivre les péripéties auxquelles elle fait face.
__En somme "Le premier homme sur Mars sera une blonde" est un roman rapide à lire, drôle, idéal pour se détendre et quand on a envie de lire quelque chose de plus léger.  


lundi 13 mars 2017

La fille d'avant


" Après un drame éprouvant, Jane cherche à tourner la page. Lorsqu’elle découvre le One Folgate Street, elle est conquise par cette maison ultra moderne, chef d’œuvre de l’architecture minimaliste, parfaite. Mais pour y vivre, il faut se plier aux règles draconiennes imposées par son architecte, Edward Monkford, aussi mystérieux que séduisant. Parmi celles-ci : répondre régulièrement à des questionnaires déconcertants et intrusifs. Peu à peu, Jane acquiert une inquiétante certitude : la maison est pensée pour transformer celui qui y vit. Or elle apprend bientôt qu’Emma, la locataire qui l’a précédée et qui lui ressemble étrangement, y a trouvé une fin tragique.
Alors qu’elle tente de démêler le vrai du faux, Jane s’engage sur la même pente, fait les mêmes choix, croise les mêmes personnes… et vit dans la même terreur que la fille d’avant. "


Ce que j'en ai pensé...

__Tout d'abord, je tiens à remercier les éditions Mazarine pour ce partenariat via Netgalley. 
__Après un drame personnel, Jane souhaite prendre un nouveau départ et décide de déménager. Elle trouve le lieu parfait : le One Folgate Street. Le style de cette maison moderne, minimaliste, la charme de suite. Seul bémol, le propriétaire Edward Monkfork est intransigeant et veut que les locataires se plient à de nombreuses règles et répondent régulièrement à des questionnaires. Malgré toutes ces contraintes, Jane réussit à passer les tests de Monkford et à habiter au One Folgate Street. Mais elle apprend bientôt que l'ancienne locataire, Emma, en plus de lui ressembler étrangement, a trouvé la mort dans la maison. Elle décide donc d'enquêter...
__C'est un livre qui me faisait énormément envie alors autant dire que quand j'ai vu qu'il était libre d'accès sur Netgalley, je n'ai pas hésité bien longtemps. Et je ne suis absolument pas déçue puisque c'est une lecture que j'ai adorée.
__Le fait de suivre Emma, puis Jane, grâce à l'alternance des chapitres, m'a beaucoup plu. C'est une manière de faire qui me plaît beaucoup et qui prend beaucoup de sens ici. En effet, cette alternance des chapitres permet de renforcer l'idée qu'Emma et Jane, sans le savoir, suivent le même chemin. Les ressemblances entre les deux jeunes femmes sont accentuées et vraiment visibles pour nous lecteurs.
__La présence menaçante de la maison est véritablement au cœur de l'intrigue. C'est un personnage à part entière. Tout est électronique à l'intérieur, pensé pour s'adapter au mieux aux besoins des locataires. Tout est analysé et les préférences de l'habitant sont prises en compte. Par exemple l'eau de la douche est réglée sur une certaine température. Néanmoins, la maison devient menaçante au fil de la lecture. Au lieu de se sentir en sécurité dans celle-ci, les deux jeunes femmes vont vite se sentir observées et vont se rendre compte que la maison peut être capricieuse.
 __Jane, en voulant enquêter sur la mort d'Emma, va se retrouver en danger. Néanmoins, elle est déterminée à savoir ce qui s'est passé. Nous, lecteurs, sommes comme elle.
Plus on avance dans le livre, plus on se rend compte que les apparences peuvent être parfois trompeuses. L'ambiance du livre est angoissante, pesante, mais tellement prenante. Le suspense est présent tout du long et la fin ne m'a pas déçue. Bien que certaines révélations ne m'aie pas surprise plus que ça puisque je m'y attendais un peu, c'est un livre à découvrir, ne serais-ce pour l'ambiance qui y règne tout du long.



" Ce qu'il y a d'étrange avec le chagrin, c'est cette façon qu'il a de vous sauter dessus au moment où vous vous y attendez le moins. "

" Je secoue la tête et le souvenir s'efface, mais le poids écrasant, sourd, de l'échec et du désespoir m'a assommée une fois de plus et j'éclate en sanglot. "